Radio Aligre diffuse Radio Sputnik !

Actualités Russes ?

Un mépris des missions fondamentales des radios associatives

Radio Aligre diffuse Radio Sputnik !


Actualités Russes ?

Radio Aligre, qui émet sur le 93.1 de la bande FM Parisienne, retransmet de 17H à 19H du lundi au vendredi Radio Sputnik [1].

Sputnik est une agence de presse financée à 100 % par le Kremlin de Poutine [2]. Elle est considérée comme un outil de propagande russe [3] qui se livre à la désinformation et aux fake news [4].

Sans être à proprement parler un média d’extrême droite, Sputnik, comme d’ailleurs son homologue Russia Today (RT), est plus que complaisant à l’égard des mouvements nationalistes français [5] : la radio couvre la moindre de leurs actualités, en portant souvent sur eux des jugements plus que favorables, quand elle fustige dans le même temps les "antifas" ; elle donne régulièrement la parole à ses figures (Ayoub [6], Maréchal Le Pen [7], Zemmour [8] et autres) et se fait aussi parfois l’écho de leurs thèses, comme celle dite du "grand remplacement" [9] [10], ou d’autres théories du complot [11]. Ceci explique que Sputnik, comme RT, soient d’ailleurs parmi les médias les mieux relayés par les sites et organisations de la droite de la droite.
Dans un contexte plus large, des liens étroits existent entre la Russie de Poutine et les milieux d’extrême droite français [12].

D’ailleurs, un de ses présentateurs vedettes n’est autre que Edouard Chanot qui travaillait avant pour Radio Courtoisie. Un autre, le très sympathique Jacques Sapir [13].

Radio Aligre est une radio associative qui émet sur le 93.1 de la bande FM à Paris depuis 1981. Elle partage sa fréquence avec une autre radio associative nouvellement arrivée (Cause Commune). Sa « philosophie » est, selon ses propres dires [14], de créer et développer du lien social et culturel tout en préservant son indépendance face aux instances financières et politique.

Mais, Aligre se fait le relais depuis de très nombreux mois des programmes de Radio Sputnik. Elle diffuse une quotidienne appelée « Radio Sputnik » du lundi au vendredi de 17 à 19H [15]. Ce créneau horaire est une place de choix (prime time) à une heure de grande écoute. Aligre accorde un énorme privilège à Sputnik quant au placement des horaires de diffusion de son émission sur la grille.

Que fait-elle à frayer avec une agence de presse ultra-droitière et propagandiste d’un état liberticide ?

A moins qu’elle n’ait tourné le dos à ses idéaux d’origine, elle doit tout du moins profiter de cette abondante manne qui tombe à point à un moment où les radios associatives sont mises à mal financièrement (baisse des subventions, suppression des contrats aidés…).

Peut-on sincèrement penser qu’Aligre diffuse sans contre partie Radio Sputnik alors que cette agence dispose d’un budget d’état pour son développement ?

Par ailleurs, depuis février 2017, Aligre est présente sur le réseau de diffusion de la RNT alors qu’elle ne l’était pas jusqu’à cette date, faute de budget suffisant pour en assurer les frais de diffusion [16] [17].

Il y a peu, Aligre FM diffusait encore beaucoup d’émissions musicales, la plupart d’entres elles ont été évincées de l’antenne à la période où Radio Sputnik a fait son apparition sur la grille d’Aligre. Ce n’est pas une coïncidence.
C’est ce qui est arrivé à l’émission "Rock Fort Show". Celle-ci avait d’ailleurs invité le directeur de radio Aligre de l’époque, Philippe Vannini, pour s’en expliquer [18] à l’antenne.

Les arguments du directeur n’y sont guère convaincants.

Mais il ne s’agit pas uniquement des émissions musicales. La grille de la radio comportait à ce moment là (février 2015) 46 émissions annoncées sur la page du site Internet de l’époque [19]. Depuis l’arrivée de Sputnik elle n’en comporte plus que 34 [20].
Le ménage pour préparer l’arrivée de Sputnik a été fait durant cette période.

Pour rappel, Aligre est une radio associative de secteur A. Ses financements sont publics, sous contrôle de l’état et ses ressources se doivent de ne pas dépasser 20 % de son produit.

D’ailleurs, les radios associatives tout comme les autres médias ont signé début 2017 un avenant à leur convention avec le CSA sur « l’honnêteté et indépendance de l’information et des programmes », engagements sur lesquels Radio Sputnik et donc Aligre sont très largement mis en défaut.

Comment le CSA, garant du respect de cette éthique peut-il continuer d’ignorer la collaboration entre Sputnik et Aligre ?

Comment est-il possible qu’une radio associative, financée par l’état et les institutions publiques, puisse diffuser sur sa fréquence un média institutionnel de propagande d’un état étranger ?

En effet, l’état sous l’égide du FSER (Fond de Soutien à l’Expression Radiophonique) finance en grande partie ces radios de catégorie A.

Comment ce fait-il que Aligre continue à le toucher alors que d’autres se voient le refuser sous des prétextes futiles [21] ?

Ce mariage n’a aucune légitimité au regard des missions des radios associatives de la bande FM qui pourraient se résumer ainsi : « favoriser les échanges entre les groupes sociaux et culturels, l’expression des différents courants socioculturels, le soutien au développement local, la protection de l’environnement ou la lutte contre l’exclusion. ».

Le rapprochement entre Aligre et Sputnik est un mépris des missions fondamentales des radios associatives.

Une porte ouverte à toutes les dérives qui entachent largement ces espaces d’expressions longuement et ardemment conquis puis défendus depuis les années 80.

Des auditeurs/trices en colère

A lire

Radio Aligre et Radio Sputnik, accointance politique ou financière ? (paris-luttes.info)

Une page concernant les enjeux propres aux radios locales, associatives, non-commerciales, sur FPP, ici

[1Depuis 2014, La Voix de la Russie, le service extérieur de la radio russe (ex Radio Moscou) s’appelle Radio Sputnik.

Mis en ligne par Ericderrien
 15/12/2018
 http://medialternative.fr/?radio-aligre-diffuse-radio-sputnik,4112

Voir aussi

Denis Robert condamné
Jeudi 16 octobre 2008

  Clearstream a remporté jeudi trois procès en diffamation contre le journaliste français Denis Robert, la cour d’appel de Paris estimant que celui-ci a bien diffamé la société financière luxembourgeoise en l’accusant dans ses ouvrages de blanchir de l’argent sale. Les détails de ces "trois procès en un" dans un dossier spécial la semaine du 20 octobre sur le site ACJ. Charlie de Nose (ACJNEWS) Le 1er (...)

« Black-out » du Net français
La "riposte graduée" ?

  Devant le ridicule d’un gouvernement qui s’entête à vouloir déconnecter du Net des familles entières sans preuves valables ni procès, la Quadrature du Net appelle les citoyens épris de liberté à procéder au « black-out » de leurs sites, blogs, profils, avatars, etc. Comme en Nouvelle-Zélande, seul pays avec la France où la « riposte graduée » devait être imposée par la loi, pour finalement être repoussée (...)