Rwanda : Un militaire français témoigne du réarmement des génocidaires par la France

Guillaume Ancel, officier français, témoigne

La lourde responsabilité française dans l’embrasement des Kivu

"Vers la mi-juillet, nous avons vu arriver une colonne de camions civils et j’ai reçu l’instruction de charger les conteneurs d’armes sur ces camions, qui les ont emmenées ensuite au Zaïre pour les remettre aux forces gouvernementales rwandaises."
— Guillaume Ancel, interrogé par Mehdi Ba, Jeune Afrique

"(...) tout en protégeant les populations et en arrêtant les massacres, il n’était pas question de s’opposer au FPR qui poursuivait sa progression à l’intérieur du Rwanda et qui affichait son hostilité, ni d’apporter un soutien aux FAR que nous avions assistés pendant trois ans et qui nous demandaient de l’aide", déclarait encore, début avril, le général Jean-Claude Lafourcade dans une interview du Lieutenant-colonel Dupas publiée par le magazine "Armées d’aujourd’hui".

Mais la version officielle française de l’opération Turquoise est tous les jours un peu moins crédible.

Aujourd’hui, Guillaume Ancel, officier français qui a quitté l’armée en 2005, explique à Mehdi Ba (Jeune Afrique) que "si lui et ses compagnons d’arme ont effectivement mené, à partir du début juillet 1994, des missions de protection et d’extraction au bénéfice de rescapés tutsis, ils avaient auparavant, selon lui, reçu l’ordre de stopper l’avancée du FPR au moment où la victoire militaire de celui-ci devenait inexorable" :

Pour la première fois depuis 1994, l’opération Turquoise au Rwanda s’éclaire d’un jour nouveau grâce au témoignage d’un officier français de l’armée de terre. Selon lui, l’objectif "humanitaire" officiellement affiché par Paris se confond avec un autre, beaucoup moins avouable : celui de freiner ou de stopper l’avancée militaire du Front patriotique rwandais (FPR), tout en ménageant les forces gouvernementales génocidaires.
— Mehdi Ba, Jeune Afrique

Turquoise

On apprend donc aujourd’hui que l’opération Turquoise (23 juin-22 août 1994) était initialement destinée à combattre le FPR au profit des alliés génocidaires de la France, les Forces armées rwandaises. Guillaume Ancel, ancien officier français, chevalier de la Légion d’honneur, livre son témoignage à Jeune Afrique et au micro de France Culture. Il vient de publier un livre, Vents sombres sur le lac Kivu, aux éditions The Book Edition, dans lequel il revient, sous la forme d’un roman "librement inspiré de faits réels" et à travers le regard d’une femme, sur son expérience au Rwanda.

Extrait
(...)
- Ces armes vont être livrées aux FAR qui sont réfugiés au Zaïre, cela fait partie des gestes d’apaisement que nous avons acceptés pour calmer leur frustration.
Je suis sidérée.
- Attendez, on les désarme et ensuite on va leur rendre les armes, alors que ce sont des unités en déroute, sans doute liées aux miliciens qui ravagent le pays ?
Garoh me répond avec son calme imperturbable.
- Oui, parce que les FAR sont à deux doigts d’imploser et d’alimenter effectivement les bandes de pillards. En donnant ces armes à leurs chefs, nous espérons affermir leur autorité.
— Vents sombres sur le lac Kivu, The Book Edition, 2014, page 79

On ne s’étendra pas ici sur le bien fondé des justifications avancées par le "personnage" de Guillaume Ancel pour armer les forces génocidaires rwandaises...

La France à réarmé les génocidaires au Congo

En marge de ce roman, certes "librement inspiré de faits réels", Guillaume Ancel affirme aujourd’hui à Jeune Afrique et France Culture avoir "reçu l’instruction de charger les conteneurs d’armes sur ces camions, qui les ont emmenées ensuite au Zaïre pour les remettre aux forces gouvernementales rwandaises."

"En leur livrant des dizaines de milliers d’armes, nous avons transformé les camps de réfugiés du Zaïre en base militaire."

Il nous apprend également que le contribuable français "a même payé le solde" des forces génocidaires au Congo...

(...)

Lire (et écouter) la suite sur Ad Nauseam

Illustration : CIMG2014, 15 août 2006, CC.

Mis en ligne par Medialternatif
 8/04/2014
 https://medialternative.fr/?rwanda-un-militaire-francais,4094

Voir aussi

Kigali et Kinshasa combattent ensemble les FDLR
Les FDU veut "privilégier la voie du dialogue" !

Kigali et Kinshasa avaient annoncé le 5 décembre leur intention de combattre ensemble les FDLR, dont certains membres ont participé au génocide de 1994. 1.500 à 2.000 soldats rwandais sont ainsi entrés mardi dans l’est de la RDC pour participer à une opération conjointe avec l’armée congolaise contre les FDLR. Les FDLR sont considérées comme l’une des principales sources d’insécurité dans la (...)
L’événement semblait avoir échappé aux projecteurs des chaînes médiatiques internationales lorsqu’elles étaient tournées vers l’entrée solennelle de Barack Obama à la Maison Blanche. Pourtant, la nouvelle avait tous les attributs d’un sujet médiatique à portée mondiale. Pour la première fois, et ce après plus d’une décennie d’une guerre très meurtrière, une solution afro-africaine sans précédent a été (...)