Les autorités israéliennes reconnaissent avoir eu recours au phosphore blanc

GAZA

RAPPEL : Autour de 1400 Palestiniens, dont de nombreux civils, et 13 Israéliens ont péri durant cette guerre menée par Israël contre les populations de Gaza. Elle a commencé le 27 décembre 2008 et pris fin le 18 janvier dernier.

Israël enquête sur une centaine de plaintes concernant des abus de son armée pendant l’offensive contre le Hamas dans la bande de Gaza. Les autorités reconnaissent avoir eu recours au phosphore blanc.

Israël admet directement pour la première fois, dans un rapport, que son armée a « eu recours à des munitions contenant du phosphore blanc » dans la bande de Gaza, lors de l’offensive contre le Hamas de décembre 2008-janvier 2009. Israël dément toutefois avoir violé le droit international, assurant ne pas avoir usé de telles armes à l’intérieur de zones d’habitation.

Jusque-là, Israël avait déclaré enquêter sur les accusations de tirs d’obus au phosphore, qui provoquent de graves brûlures. L’Etat hébreu n’avait ni directement démenti ni confirmé que son armée l’ait fait.

Dans le rapport, rendu public avant l’achèvement en août d’une enquête des Nations unies pour crimes de guerre sur la guerre de Gaza, le gouvernement israélien défend le bien-fondé de cette offensive. Il estime qu’elle fut une riposte « nécessaire et proportionnée » aux tirs de roquettes du Hamas contre Israël.

Quatorze enquêtes après « Plomb durci »

L’armée israélienne a aussi ouvert 14 enquêtes contre des soldats soupçonnés de conduite criminelle lors de l’offensive dans la bande de Gaza du début de l’année, pendant laquelle plus de 1.400 Palestiniens ont été tués, indique jeudi le Jerusalem Post.

Le procureur général de l’armée, le général Avichai Mandelblit, a ordonné à la police militaire de mener ces enquêtes sur la centaine de plaintes en cours d’examen, ajoute le journal en citant des responsables militaires.

Interrogée par l’AFP, une porte-parole de l’armée n’a pas réagi immédiatement à ces informations.

Pour un responsable militaire cité par le journal, ces enquêtes démontrent que l’armée israélienne n’a pas besoin, pour diligenter des enquêtes, des pressions d’organisations non-gouvernementales ou de groupes de défense des droits de l’Homme. « Nous savons enquêter sur nous-mêmes et nous sommes prêts à recevoir des informations supplémentaires de la part de ces groupes », indique le responsable.

Les informations recueillies par le procureur général ont été transmises par des soldats, des Palestiniens ou des organisations comme Human Rights Watch et le Comité international de la Croix-Rouge.

Pillages, mauvais traitement

L’armée enquête notamment sur des soupçons de pillages dans des maisons palestiniennes, de mauvais traitements contre des prisonniers et le recours à des civils palestiniens comme « boucliers humains ».

Deux soldats israéliens ont ainsi été récemment inculpés pour avoir volé une carte de crédit à un Palestinien de Gaza et l’avoir ensuite utilisée.

Mieux prévenir les civils

L’armée a par ailleurs décidé que, lors de prochaines opérations, elle allait mieux prévenir les civils avant d’effectuer des raids aériens dans des zones résidentielles.

Durant l’opération « Plomb durci » (27 décembre-18 janvier), l’armée a largué des millions de tracts et procédé à 250000 appels téléphoniques pour prévenir la population de bombardements imminents, selon des sources militaires.

Lors de récentes discussions, des officiers ont proposé que les tracts qui seront largués lors d’éventuelles nouvelles opérations détaillent les routes pouvant être empruntées pour fuir les combats.

[Source : Le Temps ]

___

+ d’infos :

France Palestine

 1er/08/2009
 http://medialternative.fr/?les-autorites-israeliennes,3854

Messages

Voir aussi

Construire l’ennemi

Des « barbares » bombardés à Gaza
Construire l'ennemi

Construire l’ennemi

Qu’elle était naïve, décidément, cette idée selon laquelle, avec l’expansion des moyens de communication, il ne serait plus possible de commettre une exaction sans que l’opinion internationale, aussitôt (...)

Pierre Stambul : témoignage d’un militant de l’UJFP

PALESTINE
Pierre Stambul : témoignage d'un militant de l'UJFP

Pierre Stambul : témoignage d’un militant de l’UJFP

Pierre Stambul, de l’UJFP PACA, explique et expose la raison d’être de cette association (Union Juive Pour La Paix) et les problèmes qu’un militant d’origine juive peut rencontrer dans son combat (...)
 Medialternative | 2008 · 2020