Rencontre-Débat avec les syndicalistes Grecs de l’ESE

"débattre sur les modalités de lutte et d’action à entreprendre"

Du 2 au 16 mai 2012 - à Paris, Marseille, Nantes, Toulouse, Limoges, Metz, ...

Rencontre-Débat avec les syndicalistes Grecs de l’ESE


"débattre sur les modalités de lutte et d’action à entreprendre"

Face à l’ubiquité d’un discours qui tend - au mieux - à culpabiliser la société grecque, face à l’absence d’une réelle information sur les ravages résultant des diktats de l’oligarchie financière et de "l’Europe" dans les médias "officiels", des rencontres sont organisées en France avec des militants syndicalistes grecs de l’ESE : ces rencontres, source d’information directe, seront des lieux d’échange et de réflexion collective.

A Paris, Marseille, Nantes, Toulouse, Limoges, Metz, ..., venez rencontrer les syndicalistes grecques et vous informer de la réalité du sauvetage [en fait de la liquidation] de la Grèce.

Alors que sur fond de crise la "peste brune" renaît en Grèce [les neo-nazis, petites frappes regroupés dans Chryssi Avgi, ouvertement protégés par les MAT [CRS] et qui servent à l’occasion d’auxiliaires de la police...], les actes de désobéissance et de résistance se font de plus en plus nombreux.

Contre les diminutions des salaires et des retraites, contre les diminutions des budgets consacrés à la santé, à l’éducation, contre les augmentations indécentes des prix (40% d’augmentation de fioul !) et plus généralement contre l’expérimentation, en Grèce, et sous couvert de "sauvetage", des plans d’austérité et des réformes ["compression jusqu’à l’asphyxie des coûts salariaux, dérégulation brutale du marché du travail, coupes drastiques dans les dépenses sociales, destruction des services publics, démantèlement de la fonction publique, privatisation en cascades, etc…"] initiés par les tenants d’un ultralibéralisme qui, en toute illégitimité, tentent d’imposer leur modèle socioéconomique et politique (abolition de fait de la démocratie), les Grecs s’organisent, malgré les répressions policières et militaires ayant causé plusieurs morts ces derniers mois.

"De fait, l’application sans délais de mesures d’austérité et de réformes d’ajustement structurel n’a été rendue possible que par des procédures et des décisions qui foulent littéralement au pied la lettre et l’esprit de la constitution ainsi que par une dévaluation brutale du parlement en tant que lieu de contrôle, de délibération et de décision." — Yannis Thanassekos (CADTM)

Contre les créanciers, les financiers et les spéculateurs, seuls véritables bénéficiaires du soit-disant "sauvetage" de la Grèce, le peuple s’organise.

Les expériences de lutte, d’entraide et de solidarité dans cette guerre socio-économique qui ne dit pas son nom, menée par la "Troïka" (La Commission européenne, le FMI et la Banque centrale européenne) en Grèce et qui tend à se généraliser en Europe (Portugal, Espagne, Italie, …) doivent être connues en France, comme partout en Europe. Les stratégies de lutte et de confrontation avec le néolibéralisme mises en œuvre en Grèce seront exposées par les militants de l’ESE lors de ces différentes rencontres organisées en France.

"Le modèle politique qu’on expérimente en Grèce sous la pression de la furie néolibérale, renoue en fait avec les types de régime politique les plus conservateurs et les plus réactionnaires qu’a connus l’Europe au XXe siècle : des démocraties sans demos, des régimes où l’exception devient, progressivement, la règle et où le parlement ne fait plus figure que d’une chambre d’enregistrement… "

Il ne s’agit cependant pas de faire un simple et sinistre constat, mais de débattre, ensemble, sur les modalités de lutte et d’action à entreprendre, au niveau européen, pour "promouvoir des initiatives de réappropriation démocratique de la souveraineté politique". C’est pas gagné…

Une tournée syndicale sur fond d’échanges et de débats, à l’heure où l’on tente, en France, de légitimer - par la voix des urnes - celui qui mettra en œuvre les prochaines politiques d’austérité, celui qui (Hollande ou Sarkozy ?) perpétuera les politiques néolibérales et anti-démocratiques fomentées et actées par les derniers traités européens.

Venez nombreux.

La tournée

Pour retrouver horaires et adresses des débats, téléchargez le planning complet de la tournée des syndicalistes de l’ESE (CNT).

2 mai

• Metz (57) : à 19h, Place des Charrons (devant le local de la CNT 57) avec deux camarades de l’Union Syndicale Libertaire (ESE), avec la Chorale des sans Noms (chants révolutionnaires/Nancy) et Major’n’Gwoka Crew (reggae ragga/Metz)

5 mai

• Lyon : à 19h au local de la CNT 69 44 rue Burdeau 69001 Lyon

6 mai

• Paris : 16h30, CNT, 33 rue des vignoles, Paris 20e.
projection/ débat suivi d’un repas à prix libre

7 mai

• Lille : à 19h à la maison des syndicats CNT, 32 rue d’Arras

11 mai

• Marseille : à 20h, Mille babords, 61 rue consolat, 13001 Marseille

12 mai

• Bordeaux : à 16h, Athénée Libertaire, 7 rue du Muguet.

• Toulouse : à 20h au CREA, 70 Allée des demoiselles

13 mai

• Limoges (87) : 18h, salle Blanqui, derrière la Mairie de Limoges (Place Léon Betoulle).

15 mai

• Nantes : 20h30, B17, 17 rue Paul Bellamy.

16 mai

• Rennes : 20h, maison des associations, 6 cours des alliés

Voir aussi

CATASTROIKA : les conséquences de la liquidation de la Grèce
Un documentaire des créateurs de Debtocracy

CATASTROIKA : les conséquences de la liquidation de la Grèce
  Les créateurs de Debtocracy, le documentaire vu par plus de 2 milliards de spectateurs, reviennent avec une nouvelle production, CATASTROIKA, qui explore les conséquences de la liquidation totale de la Grèce. "Le documentaire dévoile les résultats à venir de l’actuel revente des actifs publiques grecs, exigé pour faire face à l’énorme dette souveraine du pays . En ce qui concerne les exemples de (...)